Espace dédié aux conseils pour un jardin potager respectueux de l'environnement

Vous êtes ici : Accueil » Sol fertile et vivant » Economie d’eau : paillage ou mulching

Economie d’eau : paillage ou mulching

D 28 juin 2011     A koella    




Les tailles d’arbustes et de haies, pailles et tontes protègent le sol de l’évaporation, et les racines des végétaux du froid de l’hiver.
D’autre part, cette technique favorise l’activité biologique, en empêchant les herbes indésirables de pousser.

Elles permettent un apport en matière organique pour le printemps en se décomposant, tout en favorisent l’activité des micro-organismes et de vers de terre.

Le paillage en couche de 5 à 10 cm est traditionnellement utilisé dans les cultures, pour le maraîchage, ainsi que pour les parterres de fleurs.

Si le matériau de couverture est d’origine végétale, il y a enrichissement du sol en humus.

- Les matériaux organiques : paille (vérifier sa provenance), herbes sèches, tontes de gazon, feuilles mortes, compost, carton, papier, paillettes de lin, algues, écorces de résineux, sciure de bois.
- Les matériaux inertes : pierre plates, sable, plastique

Le mulch de matériaux végétaux doit être épais de 5 cm. Sauf les tontes de gazon, riches en eau et donc putrescibles, qui sont apportés régulièrement en couche fine.
Le mulch organique (sauf écorces), sera enfoui en fin de saison par griffage.

D’autre part, il est préférable de couvrir au moment ou la terre est encore humide et le sol réchauffén, ce qui correspond à mai juin en France. Si le paillage est fait trop tard, il peut provoquer l’effet inverse en interceptant les petites précipitations, sans que l’eau pénètre dans le sol.


Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Votre message